Harde de chevreuils à la reposée : approche !

Janvier. Les chevreuils cherchent une maigre pâture dans les champs pelés.
A l'heure de la reposée, chacun rumine. 
Tenter une approche dans ce milieu ouvert signifie ramper, se glisser par-dessus les rangées de mottes, garder l'oeil sur les bêtes toujours aux aguets

Chaque animal surveille une direction, pour alerter le groupe dès qu'un danger apparaît. Déjà un des brocards, en début de velours en cette saison, m'a repéré. Une forme horizontale n'est pas un danger a priori. Je peux faire une ou deux images sans dérangement.
Une chevrette qui me tourne le dos, au déclic de l'appareil photo, sursaute et part, tout le monde à sa suite. Le miroir (touffe de poils blancs sur les fesses du chevreuil) en éventail est un signe de peur, peut-être un repère visuel lors des fuites éperdues, lorsque les jeunes doivent absolument suivre leur mère, même dans la pénombre.
Ce moment d'insécurité ne dure que quelques dizaines de mètres, le temps de se rendre compte que rien ne les poursuit. La quête de nourriture va reprendre. Déjà les miroirs se rabaissent, signe de quiétude.

Bonne journée