Matinée froide de février : les chevreuils se réchauffent

Une bonne approche au gros gibier est passionnante : c'est un moment de confrontation, un savant équilibre entre la décision de ne pas déranger (plus souvent et plus simplement la chance de ne pas être repéré), et celui de provoquer la rencontre.

La rencontre, avec les animaux sauvages, se solde dans la plupart des cas par la fuite éperdue de ceux-ci, lorsqu'ils détectent la présence proche, donc forcément dangereuse de l'homme.
Les meilleures rencontres sont celles pendant lesquelles la bête s'approche d'elle-même. Ici, après une rude nuit glaciale passée dans les champs, les chevreuils jouent à course-poursuite, autant pour se réchauffer que pour jouer.
Dans ces moments rares, les animaux perdent beaucoup de leur méfiance naturelle. Il s'agit d'en profiter, de presser le déclencheur, et de profiter intensément de l'instant.